Pompéi, j’y étais mais avec des lunettes 3D

Vesuve

Vesuve

 

Un long dimanche d’ennui

Un dimanche soir d’ennui, je décidai d’aller voir ce qu’un réalisateur hollywoodien avait fait de l’éruption du Vésuve en 79 ap. JC. Me rendant donc au cinéma le plus proche, je me remémorai les différentes phases de cette éruption plinienne qui a détruit quatre cités : Pompéi, Herculanum, Oplontis et Stabies, et fait environ 16 000 victimes selon des estimations.

Souviens toi l’éruption dernière

Tout commence par une belle journée, à peine entachée par la multiplication des mini-séismes (ainsi qu’un étrange dépôt de cendres non identifiées) qui sévissent depuis quelques jours, c’est alors que la montagne explose, expulsant le bouchon qui retient la lave contenue ; un épais nuage de fumée monte dans le ciel pour se déployer comme un champignon, obstruant la lumière du soleil, c’est le début de ce qui va être une des plus grandes catastrophes de l’antiquité.

L’ambiance devient alors apocalyptique : certains se réfugient dans leur maison, d’autres s’enfuient. Du nuage s’abat une pluie de cendres et de pierres ponces qui recouvrent doucement, mais sûrement, les villes touchées. Les habitants enfermés dans leur abri se retrouvent coincés sous cette couche qui fait s’effondrer les toits de certaines habitations ; ceux qui fuient sont contraints de se protéger de cette chute de matériaux susceptibles de les blesser.

vesuve_1822

Le matin du lendemain, alors qu’il y a déjà beaucoup de victimes, la montagne envoie son coup de grâce : des coulées pyroclastiques déferlent sur la baie emportant avec elles habitants et habitations restés debout, comme à Herculanum, ensevelie sous 20 mètres d’un mélange de poussières volcaniques et de cendres, où une partie des habitants, réfugiés dans un hangar à bateaux mourront de la plus atroce des façons…

pompei10

Pline l’ancien, qui voulait observer le phénomène de plus près et tenter de sauver ce qui pouvait l’être,  perdra la vie dans cette tragédie. Grâce entre autres aux cadavres retrouvés figés dans la position dans laquelle la mort les a surpris, cet événement peut, à lui seul, constituer la matière de plusieurs scénarios.

Gladiator vs Vésuve

Une fois cet épisode retracé dans ma tête, me voilà donc, armé de mes lunettes 3D et calé dans mon fauteuil, prêt à être ébloui par le spectacle son et lumière que peut offrir une explosion volcanique. Le film commence et me raconte l’histoire de Milo, jeune gladiateur celte de génie (il gagne tous ses combats, heureusement en même temps…) qui a une dent contre l’empire romain (et pour cause, toute sa tribu a été massacrée lors d’une répression en 62 ap JC), je commence alors à me demander si je ne me suis pas trompé de salle… C’est ça, je suis en train de regarder Gladiator II le retour, avec un acteur sans charisme à la place de Russel Crowe et Kiefer Sutherland à celle de Joaquin Phoenix. Les personnages se mettent à parler de la cité de Pompéi, rassuré je rechausse mes lunettes 3D. Un groupe de gladiateurs d’élite (comprenant le Milo en question) est envoyé là bas pour participer à des jeux. Chemin faisant, Milo croise la route, et le regard, de la jeune Cassia, pompéienne belle et rebelle, ils tombent instantanément amoureux l’un de l’autre. Mais un problème de taille vient s’interposer entre nos deux tourtereaux, Cassia est promise à un sénateur du nom de Corvus (Kiefer Sutherland) qui n’est autre que celui là même qui menait les troupes romaines lors du massacre de la tribu de Milo (le monde romain est petit).

L’histoire avance comme si de rien n’était et je commence à me dire que quitte à copier le scénario de Titanic autant mettre Leonardo Di Caprio et Kate Winslet, ça aurait quand même eu plus d’impact… Parfois (souvent en fait) la caméra montre la montagne menaçante (encore endormie), comme si on n’avait pas compris qu’il s’agissait du Vésuve, prêt à faire son entrée sous les feux de la rampe. D’ailleurs, je commence à trouver le temps long, entre les gladiateurs qui se lient progressivement d’amitié, les plaintes de Cassia qui ne veut pas qu’on décide à sa place et les mesquineries gratuites de Corvus, l’explosion se fait désirer.

Quand, enfin, le volcan s’éveille (à l’inverse du célèbre slogan publicitaire « un volcan s’éteint, un être s’éveille », ici : un volcan s’éveille, tout le reste s’éteint…), tout se passe très rapidement (en même temps, il ne reste qu’une petite vingtaine de minutes…), on se retrouve comme dans un prequel de 2012 : il semble que toutes les catastrophes tombent sur la cité, du tsunami aux séismes en passant par la pluie de pseudo-météorites. Attention, il y a sûrement eu, lors de la véritable éruption de 79, des séismes, au moins un (petit) tsunami et des chutes de bombes volcaniques, mais là tout paraît « trop », et surtout trop rapide, en plus de ça, Milo et ses petits camarades semblent dotés de poumons en béton armé (sûrement une référence à X-men, il en fallait bien une dernière), car ils continuent à se battre, se haïr et s’aimer malgré les gaz toxiques que dégage la cheminée du volcan.

The end…

Un moment de déception en résumé : il n’est peut-être pas nécessaire de faire un film romantico-catastrophe pour parler de cette tragédie. Mais le point positif, c’est qu’il nous donne l’occasion de lancer une série d’articles consacrés au volcanisme : les éruptions les plus célèbres ainsi que les plus significatives, les destins des volcanologues, l’étude volcanologique, la prévention du risque volcanique. Bref merci Hollywood pour cette idée et rendez vous au prochain épisode.

Glossaire :

Coulées pyroclastiques : avalanches composé d’un mélange de gaz, de cendres et de blocs, d’une température de plusieurs centaines de degrés, dévalant les pentes d’un volcan à des vitesses comprises entre 200 et 600 km/h.

Pierres ponces : la lave en refroidissant dans l’air se solidifie en une roche très poreuse et de faible densité.


Publié par pour Preventimmo
A propos de l'auteur

Damien Alluin

Diplômé d'un Master 1 "Lettres modernes" spécialité "histoire de l'orthographe", Damien Alluin est en charge de la complétude des données d’urbanisme et de la correction des articles du blog.


Les commentaires sont clos.